Mantenir viu el blog. 16/30

Estratègies blogoescriptòriques per mantenir viu el blog.

16. Escriviu un somni.  Real o inventat.  Aquí hem d’aconsellar ja imitar gent que ja ho fa als seus blogs. Jo us proposo l’exemple de Dorothée Blanck.

Surrealisme, realisme, i  derives diverses de tot tipus… tot s’ho permet.  Son els seus somnis.  A  mi m’agradaria saber com s’ho fa per recordar-los. Hi ha gent que té una capacitat innata per recordar el que somnia. Jo els meus somnis els oblido  tan aviat i tan profundament que no sóc capaç de recordar-los  en absolut. Potsee només un record vague en llevar-me. Si no faig un esforç per intentat recordar-ho i escriure-ho… els somnis de la nit anterior s’esvaeixen a l’aire.  I després es fa impossible de recuperar-ne la més petita engruna…

Dorothée Black, que fou una gran actriu de cinema francès i ara és una gran senyora, amiga d’un gran amic meu.
Al seu blog, titulat  Journal d’une dériveuse  hi inclou més de  150 somnis perfectament numerats.
Per trobar-los, anue a la cerca sobre el blog  i escriviu entre parèntesi un número, per exemple  (132) i anireu a parar al post que inclou el somni numerat com a 132.

Perquè en tingueu una mostra:

(132)*
Un trapéziste-comédien est suspendu par les pieds, son visage et son corps sont parfaits, mais sa couleur de peau, ni noire ni blanche, n’est pas sexy. Avec des gestes très gracieux, il se cambre en arrière au point que sa tête rejoint le creux de ses reins, et cela plusieurs fois. Il est entièrement nu, on voit son sexe qui, lui, ne participe pas de l’effort. Qu’en sera-t-il lorsqu’il sera debout devant moi ?
Je rencontre Gilles Durieux dans la rue, il est resté jeune, beau, et me trouve sûrement inchangée puisqu’il me prend par la main. Comme dans un film musical, je joue les danseuses à chaque geste qu’il fait pour m’approcher de lui, laissant traîner mes pieds en pointes, prenant de gracieux ports de bras. Je lui plais, jusqu’où cela va-t-il nous mener, ex-amants depuis si longtemps ?
Nous sommes attablés et une femme très pétulante arrive. Gilles n’est pas bavard, je le sens séduit par l’intruse dont le bavardage finit par s’adresser à moi. Elle se plaint de lui.
Nous sommes Gilles et moi dans un autobus afin d’aller finir la soirée chez lui. Il descend et je me trouve en haut d’une échelle sans appui, laquelle va tomber. Je me force à sauter en pliant les genoux, j’atterris heureusement sur mes pieds. Est-ce jeune ? La chambre a l’air d’un camping provisoire, déserte et sale.
© Dorothée Blanck

Bé, vosaltres podeu escriure el vostre, ben curt, ben llarg, ben  real, ben surreal, el que us sembli i com us sembli…

Queda dit.  Un truc més per mantenir viu el blog.

.

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Enllaços

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *